Une guilde RP Age of Conan - Serveur Stygia
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Décliné] Magnas, louve grise d'Aquilonie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Magnas



Nombre de messages : 6
Age : 43
Date d'inscription : 07/02/2009

MessageSujet: [Décliné] Magnas, louve grise d'Aquilonie   Sam 7 Fév 2009 - 2:06

UNE LOUVE QUI GROGNE

*cataclop cataclop cataclop*

Le cheval hennit s'immobilisa dans le nuage de poussière qu'avait engendré cet fin de course brutale. A deux longueurs se trouvait la taverne, apparement déja bien remplit si l'on jugeait par les éclats de voix qui s'en échappait.
Magnas posa pieds à terre dans un soupir proche du grognement. Sa tignasse la grattait, sa tunique la grattait, ses spartiates qui lui serrait pieds et jambes la grattait, la vue de son canasson la grattait. Elle attacha les rênes à la cloture et s'affaira à désangler ses sacoches.

*sniiirf*, fit un homme adossé à la bâtisse.

Magnas se retourna d'un bond et tenta de dévisager le bougre qui se tenait debout à l'ombre de la taverne. L'homme portait des habits sombres et un manteau à capuchon rabattu sur sa tête. Il chiquait tout en la toisant. Elle s'affaira de nouveau ignorant son spectateur. Elle releva son manteau pour le faire passer en un pan sur son épaule droite dévoilant à nu son épaule opposée pour y déposer ses sacoches.

L'homme se redressa et fit un pas en avant.

Magnas l'ignora et traina ses spartiates jusqu'à l'entrée de la taverne mais l'homme la stoppa en lui attrapant un bras. Elle lui jeta un regard furieux et se dégagea d'un geste sec. Elle allait lui lancer un juron lorsque l'homme lui prit la parole.
- "Excusez-moi... je...".
- "J'n'ai pas une seule pistole à donner, lâche moi...", lanca-t'elle.
- "Ce n'est pas ça, je...".
- "Laisse tomber vagabond ! J'ai mes rêgles", lança-t'elle de nouveau avec véhémence.

Magnas franchit le seuil de la taverne d'un pas décidé et se dirigea vers le comptoir.
- "Une chope d'hydromel et une louche de miel tavernier !"
- "On n'a plus d'miel ici. Et on aime pas les étrangères", dit avec une grimace de dédain l'homme qui se trouvait derrière le comptoir. Des soulards affalés au même comptoir ricanaient en détaillant Magnas de la tête au pieds. "Et pour l'hydromel c'est une couronne", dit-il lachant la chope sur le comptoir dans une gerbe de liquide ambré. "Mais si tu n'as pas assez d'argent pour payer on peut s'arranger si tu vois c'que j'veux dire !". *bwahahahar*, rièrent en coeur les soulards.

Magnas serrait ses machoires en fouillant au fond d'une sacoche qui pendait de son épaule. Elle en sorti un écu frappé à l'effigie du roi Nimed et le lanca sur le comptoir. L'écu roula et tomba au sol pour terminer sa chûte dans la gamelle du chien qui dormait non loin. Le tavernier se rua sur la pièce d'or couverte de bouillie en poussant un juron et donnant au passage un coup de pied au chien qui s'enfuit en poussant un glapissement. Magnas avait déja tourné les talons, sa chope à demi pleine en main, à la recherche d'un coin ou s'affaler.

L'homme à la chique entra, il ne portait plus de capuchon sur la tête. Le tavernier lui jeta un bref regard avant de se replonger le nez dans le décrypage de l'écu qu'il venait de ramasser un instant plus tôt. L'homme alla s'adosser au comptoir et tourna son regard vers le fond de la salle où se tenait Magnas. Elle se tenait assise, affalée sur sa table la chope à deux mains en train de siroter lentement le liquide épais. *sluuurp, slusluuusluuuuuurp*
Les soulards faisaient dos au comptoir à présent et la regardaient boire. De temps en temps un deux glissait un mot à l'oreille de son comparse qui alors ricanait grassement.

Elle se redressa et vida bien haut sa chope puis d'un revers de bras essuya grossièrement son visage barbouillé de mousse. Elle prit ses affaires qu'elle jeta sur son épaule et se dirigea vers la sortie. Alors qu'elle passait devant le comptoir un des soulards tandis sa jambe.

- "Aaaaaaaah !", cria-t'elle. *splatch*
Magnas tomba comme une pierre et atterrit la face dans la bouillie du clébard.
Les sacoches tombèrent avec fracas dans une myriade de tintements. Des dizaines d'écus s'y déversaient et roulaient dans la taverne. Elle se relevait péniblement, le visage barbouillé de gruau.
- "C'est comme ça qu'on les baise les chiennes. Les bourses pleines et à quatre pattes !", éructa le soulard de tête en agitant un pugio.
- "Assise ! Tu vas me pomper comme tu as pompé ta bière !", lança le soulard juste derrière en agitant un glaive de la légion, visiblement rouillé.
Le troisième soulard ricanait toujours aussi grassement. *bwaha-hahar-pteuh*

Magnas se releva et fit face. La machoire crispée, le souffle rauque, la main tremblante.
- "Ô mais c'est qu'elle va pleurnicher la batarde. A quatre pattes chienne !".
Magnas baissa la tête, passa une main dans ses cheveux et attrappa le col de son manteau. L'étoffe vola par dessus sa tête et atterrit sur le soulard de tête.
- "Yaaaaaaaaaaaah".
En un cri, en un souffle retenu depuis trop longtemps, elle tira un glaive némédien de son
dos et un autre de sa ceinture, abattit le premier sur le soulard empêtré dans son manteau et en un pas latéral suivit d'un demi tour trancha dans le vif le deuxième soulard. Une tête roula sèchement sur le comptoir et tomba en un son creux. Le soulard au glaive s'écroula, l'autre sous le manteau gargouillait un glouglou. Le troisième soulard paniqué, s'enfuit par les latrines non sans vacarme. D'autres clients sortaient eux aussi en pressant l'allure.

Magnas retira son glaive planté dans son manteau et l'essuya avec ce qu'il restait d'étoffe propre. Elle le rangaina dans le fourreau dans son dos et glissa celui qu'elle tenait toujours en main le long de sa hanche droite. Puis s'accroupit et s'attela à ramasser les écus déversés de ses sacoches béantes.
L'homme à la chique se pencha à l'oreille du tavernier devenu blême. Qui s'affaira aussitot. Puis il s'accroupit face à l'amazone en lui lachant un sourire complice et l'aida à ramasser son or.
- "Allez vous asseoir. Je vous paie à manger et à boire", lui dit-il.

L'homme à la chique revint avec une chope bavante et une large tranche de pain couverte de miel qui bavait toute autant. Magnas se jeta sur le pain mais s'arrêta net avant de l'engloutir.
- "Merci, l'inconnu".
Puis entreprit de rendre honneur à son pain et à sa bière. *Brrrô-brrr-brôôô-hic*
- "Maintenant dites moi qui êtes-vous et d'où venez-vous", lui dit l'homme.
- "Je suppose que ça vaut bien une bière et à manger", dit-elle d'un ton hésitant.
- "Je souhaites surtout vous éviter des ennuis. Ce genre d'ennuis...", dit l'homme en faisant un signe de tête en direction des deux corps qui gisaient dans une mare de sang.
- "Et bien... Par où commencer ? Les miens m'appellent... m'appelaient Magnas. Les autres... les autres m'appellent pas, je leur coupe la langue avant !".
L'homme lui lança un sourire provocateur. "Du calme Magnas. Dites moi juste d'où vous venez et ce qui vous a amené ici".
*brrrôôô* - "Je viens des terres sauvages."
- "Mais encore...", dit l'homme.
- "Je viens de Zelata. Des steppes à l'Est. Du peuple nomade des Loups gris", dit-elle fièrement. "Mais mon peuple n'est plus. Malade, mourrant, massacré et mit en esclavage par les légions némédiennes."
- "Les légions némédiennes ont envahit les marches de Zelata ?", l'interrogea l'homme.
Magnas fit un signe affirmatif de la tête.
- "Ce qui expliquerait le soulèvement du quartier des nobles", dit pensivement l'homme.
- "Au début c'était les bêtes qui tombaient malades. Comme c'est parfois le cas en hiver on s'en ait pas préoccupés plus que d'habitude à part séparer les bêtes malades du troupeau. Mais ce furent bientôt les enfants et les anciens qui tombèrent eux aussi malades. Et bientôt une bonne partie du camp. Alors nous avons fait venir le druide. Au début il n'a rien trouvé. Ni dans la nourriture, ni dans l'herbe, ni dans l'eau. Et puis il est parti sans avoir réussi à soigner quiconque. Une semaine après il est revenu et nous comptions déja des bêtes et des anciens morts. Il est revenu avec une espèce de crâne cornu planté au bout d'un pieu gravé de runes qu'il agitait partout. Il disait que c'était pour faire fuir le démon. Un matin il est descendu des montagnes et nous a dit que nous devions quitter la région au plus vite. Que les sources étaient empoisonnées et ne chantaient plus, ce qui pousse non plus ne chantait plus, que l'ombre de Lakéron planait sur la région. Que nous mourrions si nous partions pas. Alors le conseil des anciens s'est réunit et à décidé de lever le camp, même en plein hiver avec des malades et peu de vivres. C'est à partir de ce moment que les massacres ont commencé."

- "Lakéron ?", l'interrogea l'homme.
Magnas secoua la tête. "Non, ces batards de némédiens. Au début ils sont restés distants mais un jours ils sont venus nombreux à cheval, en armure et en armes avec leur oriflammes et ont attaqué notre convoi. Nous les avons repoussé mais nous avons eut beaucoup de morts. Trop parmis ceux et celles encore valides. Deux jours plus tard ils sont revenus mais ne nous ont pas attaqué de suite. Ils se sont contentés de disperser le convoi. Et alors ils sont arrivés. Avec leur troupes terrestres lourdement armées, leurs phalanx comme ils appellent. Et ils nous ont massacré et brûlé. ils avaient aussi des pyrolistes."
- "Des pyrolistes ?", dit l'homme en fronçant les sourcils.
- "Des guerriers en armure et en longues tuniques qui crachent le feu. Ils ont fait tomber le feu du ciel sur nos têtes. Puis ont brûlés les malades et les blessés survivants. Mais ont capturé et enchainé les femmes. Non sans mal", ricana Magnas.
- "Non sans mal ?", lui demanda l'homme.
- "Chez les Loups gris les femmes se battent tout autant que les hommes. Nous passons tous l'épreuve du Mazzeru-Selkup pour devenir de grandes chasseuses. Et nous défendons nos terres sans distinction de sexe."
- "Qu'est-ce que le Mazérousé-machin-quoi ?", dit l'homme.
Magnas tripotait sa chope. Tantot la faisant tourner sur elle-même, tantot la retournant en tentant d'y faire s'écouler une dernière goutte.
- "J'ai soif", dit-elle.

L'homme à la chique fit un signe au tavernier qui amena une nouvelle chope. Il repartit vers son comptoir, s'arrêta devant la flaque de sang en chancelant puis pressa le pas vers les latrines. *beurp-beuaaaaaah*

- "Alors ce mazé-truc ?", demanda de nouveau l'homme.
- "Mazzeru-Selkup. C'est le rituel qui fait des membres de ma tribu les plus féroces combattants de Zelata ! Au printemps, à notre puberté nous devons boire la sapta et nous sommes envoyés dans les steppes sauvages. Nus, sans armes et sans vivres. Nous devons suivre les meutes de loups et avant le prochain solstice nous devons ramener la peau d'une louve et au moins un louveteau de sa portée. Ceux qui reviennent avant le solstice ne sont pas dignes de faire partie des chasseurs. Ceux qui reviennent les mains vides tout autant. Le destin les désigne pour remplir les taches au camp."
- "Et ceux qui ne reviennent pas ?", lança l'homme avec une grimace.
- "Ceux-là ne méritent pas de faire parti du Clan. Toujours est-il qu'en essayant de capturer les femmes du Clan quelques-uns de ces batards ont perdu la vie. Ce qui nous a permit à moi et quelques autres de nous enfuir. Nous sommes revenus sur le champs de bataille le lendemain pour donner le rituel du repos à nos morts. En quittant la dernière demeure de notre peuple nous avons remarqué un camp némédien sur les hauteurs d'un plateau. Nous avons décidé d'attendre la nuit pour saigner ces porcs. Et nous les avons saigné comme des gorets, lentement, en leur faisant écouter leur propre gargouillis de batards. Mais l'alerte a été donné dans le camp et nous avons dû fuir avec leurs armes et leur monture au plus vite. Nous avons été dispersé mais depuis je n'en ai rencontré aucun."
- "Mais qu'est-ce qui vous à fait venir ici, en Tarantia ?", demanda avec empressement l'homme.
- "A Tesso ils m'ont dit que le Roi a besoin de renforts pour bouter les némédiens hors de la ville. J'espère y trouver vengeance et peut être quelques survivants de mon peuple. Et qui sait, si je me distingue au combat le Roi me recevra et m'écoutera. C'est un barbare dit-on, il écoutera quelqu'un comme lui. Il m'écoutera et nous rendra justice !"

A l'extérieur de la taverne un brouhaha se faisait entendre. Suivit de nombreux cliquetis.
- "Je crois que votre plan pour rencontrer le Roi ne tombe prématurement à l'eau.
Baissez-vous et ne bougez plus", lui dit l'homme en lui jetant son manteau sur la tête.

La porte de la taverne s'ouvrit avec fracas. Des gardes en lorica firent irruption le gladius dans une main, le scutum dans l'autre. Ils se mettèrent en ligne d'un pas cadencé en bloquant l'entrée. Au milieu du rang s'avança un légionnaire plus âgé et à la tenue plus chargée, portant sur la tête un cassis à panache pourpre qui tranchait telle une flamme avec sa tenue azur, son lorica et son balteus ors.
- "Au nom du Roi Conan, que l'auteur de ce bain de sang se rende sur le champ ou bien il sera cloué vif à l'entrée de la cité !", éructa le centurion en désignant les maccabées noyés dans leur sang.
Un silence pesant planait dans la taverne. Les clients restant se taisaient et baissaient la tête. le tavernier lui était de plus en plus nerveux et ne tarda pas à craquer.
- "C'est elle ! La pute némédienne ! Là, elle se cache !", cria le tavernier en montrant l'homme à la chique et son étrange paquetage recouvert d'un manteau.
-" Au nom du Roi, vous êtes en...", le centurion n'eut pas le temps de finir sa formule que la table lui fut renversée dans les jambes.

L'homme à la chique poussa Magnas dans les latrines, défonça une vieille planche qui servait de cloison de fortune et s'extirpa de la taverne. Imité par Magnas.
- "Suivez-moi, je connais une planque". Ils s'enfuyèrent dans quelques ruelles avant de déboucher sur le quartier du port.
- "Ici, aidez-moi", dit l'homme en soulevant péniblement une dalle au milieu de la rue pavée.
Ils s'engouffrèrent dans un boyau humide et sombre sous la rue.
- "Qu'est-ce que c'est", demanda Magnas peu rassurée. "Et quelle est cette odeur épouvantable ? Ca pue la mort ici !".
- "Ce sont les canaux de la ville", dit l'homme. "Ici nous seront en sécurité, du moins pour un temps. Venez, il y a de la lumière là-bas".
Au bout du boyau se trouvait une salle en pierres de taille, de pauvres gens de la cité étaient regroupés autour d'un feu.

L'homme à la chique fit un geste amical et s'assit près du feu, suivit par Magnas.
- "Que font ces gens ici ?", demanda Magnas.
- "Ce sont les mendiants de la ville. Voleurs, malfrats, contrebandiers et réfugiés vivent aussi ici et fuient la répression de la légion. Au fait je ne vous ait pas demandé, qu'avez vous donc à votre épaule gauche ? C'est l'emblême de votre Clan ?", lui demanda l'homme en caressant son épaule.
- "Euh... Ca ? C'est... oui, enfin non. C'est une marque que je porte depuis ma naissance. Mon père portait la même mais pas les autres membres du Clan. C'est une marque de famille. Il m'a transmit un médaillon à la même effigie avant sa mort". Magnas tira une chaine qui s'engouffrait entre ses seins et leva à la lueur du feu un médaillon bleuté représentant un loup rugissant.

L'homme à la chique passa une main dans son encollure et en sortit un médaillon en tout point similaire...




Dernière édition par Magnas le Sam 7 Mar 2009 - 17:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnas



Nombre de messages : 6
Age : 43
Date d'inscription : 07/02/2009

MessageSujet: Re: [Décliné] Magnas, louve grise d'Aquilonie   Sam 7 Fév 2009 - 2:07

1- Pourquoi postulez vous chez les Loups du Vanaheim ?
J'ai réactivé mon abonnement AoC depuis peu après un arrêt fin septembre dernier. J'ai joué depuis le lancement du jeu sur le serveur Stygia, seul serveur francophone destiné aux rôlistes. Le jeu de rôle est donc mon objectif dans le cadre d'aventures mais aussi les combats épiques qui ne peuvent l'être qu'en pratiquant le jeu de rôle.

Je n'ai pas intégré de guilde (mit à part "Clan des Loups gris" qui est plutôt une indication d'appartenance uniquement propre à Magnas mon personnage barbare) car je n'ai pas rencontré régulièrement de joueurs d'une guilde me donnant l'envie de continuer à faire un bout de chemin. Mit à part quelques bonnes rencontres (rôlistiques) avec des membres de Le Cartel. Mais il me semble que la guilde n'est plus. Ensuite je ne conçois pas de rallier un de mes personnages (Magnas étant mon personnage principal) à une guilde qui n'a pas les mêmes motivations ou qui n'a pas une histoire proche ou commune. Pour Magnas la barbare je cherche donc un clan basé sur le jeu de rôle en priorité mais aussi ayant une culture tribale et une organisation proche plutot qu'une organisation militaire, religieuse ou de culture trop éloignée (Stygie). Je pense que vous le comprendrez aisement en lisant la nouvelle ci-dessus. J'avais aussi choisit le loup comme animal-totem et je tenais à conserver cette particularité même si elle est assez banale.
C'est donc ce qui m'a poussé à me renseigner sur votre guilde. J'ai constaté qu'il y avait de nombreuses similitudes dans nos backgrounds mais aussi que votre principe de guilde étant bien construit. Une organisation hierarchique scénarisé, un principe directeur et un background clef en main pour ceux n'ayant pas trop creusé l'histoire de leur personnage. C'est sur ce dernier point que ça me gêne. Non pas que l'histoire de la guilde me paraisse mauvaise mais si j'ai bien saisit je dois y soumettre mon personnage avant son propre background. Peut être me trompe-je mais la partie sur la galère et le passé vétéran des Loups du Vanaheim collent mal avec celui de Magnas. J'ai adapté la nouvelle de façon à laisser une possibilité d'histoire commune par un lien familiale, un passé oublié via la marque et le médaillon. Ce sera à vous de juger si le background de Magnas est digne de se greffer à celui de votre guilde et je vous laisse le loisir de continuer l'histoire pour y apporter les réponses.

Mon choix se porte donc sur une guilde de rôlistes aux bases solides, en accord dans les grands principes avec les motivations de mon personnage.

2- Quelles sont les valeurs de cette guilde qui vous semblent les plus importantes ?
En premier lieu le jeu de rôle et le désire de faire vivre l'histoire de votre guilde. Car par sa pratique il induit naturellement d'autres valeurs que vous prônez. Ma pratique du jeu de rôle s'effectue essentiellement en jeu avec les autres joueurs lors d'aventures. Je ne suis pas très porté sur les discussions de personnage dans les tavernes qui virent souvent à l'égocentrisme mais sur le jeu de rôle face à des situations où mon plaisir est dans l'improvisation. C'est généralement de ces situations que nait une évolution du background de mon personnage.

Ensuite le respect de l'individu. Car sans ça le jeu de rôle est à sens unique. Je n'ai pas non plus envie de me mettre en compétition avec des compagnons de jeu qui réduira inévitablement les échanges. Cependant je reste circonspect. Beaucoup de guildes se prétendent "mâtures", "respectueuses" et "sans prises de tête" pour oublier quand ça les arrange ce respect qu'elles prônent. Je dirai donc respect sous condition de savoir-vivre.

Ensuite la liberté. Le background de Magnas étant très axé sur l'aventure je désire rester dans cette optique et ne pas devoir jouer pour farmer, même si je conçois qu'un coup de main de temps à autre est néccessaire pour l'avancée de la guilde ou d'autres joueurs dans le besoin. Dans ce dernier cas je précise que je n'aime guère le power-leveling et la course pour boucler un donjon ou une quête.

Ce qui rejoint une de vos valeurs qu'est la solidarité. Ayant plusieurs personnages de différentes classes et niveaux, j'aide généralement avec le personnage du niveau adapté. Liberté et solidarité je ne considère pas l'un sans l'autre.

3- Que vous inspire le roleplay ?
Je pourrai symboliser ça par la liberté de jeu par delà les règles qu'impose le programme et la naissance. Chacun de mes personnages arrivant à un certain stade de développement rôlistique est comme un de mes enfants. Et susceptible de renaitre dans un autre jeu. Je suis très possessif avec mes personnages. Smile

4- Comment comptez vous participer à la vie de la guilde ?
En proposant mes services, le bras de mes personnages si quelqu'un a besoin d'aide. Mais je n'oublie pas que pour tout prêté il y a un dette. C'est une obligation morale et si la guilde soutient la valeur de solidarité c'est aussi une obligation éthique. Même si en ce qui me concerne je trouve souvent une solution pour mener à bien mes objectifs.
Quand au reste ma présence et mon jeu de rôle s'il vous convient participera à la vie de la guilde. Du moins c'est comme celà que je vois le fonctionnement d'une guilde à vocation de jeu de rôle.

5- Qu'attendez vous d'elle et de ses membres ?
Du jeu de rôle et de la collaboration. Je ne cherche pas une guilde pour jouer seul dans mon coin mais pour jouer en communauté. Avec les membres de la guilde prioritairement mais aussi les autres joueurs du serveur. Je n'aime pas jouer qu'en cercle de connaissance fermé et dans le mmo j'aime faire de nouvelles rencontres, apprendre à mieux connaitre une communauté.

6- Avez vous déjà postulé ou postulez vous actuellement chez d'autres guildes ?
Aucune. Une candidature à la fois. C'est plus prudent et cela évite les malentendus. Pour le moment des guildes auxquelles je me suis renseigné Les Loups du Vanaheim me semble la plus élaborée et expérimentée sur le jeu de rôle. Je ne suis pas un intégriste du rp comme certains disent mais ayant fait du jeu de rôle pendant de longues années je m'entend généralement très bien avec les rôlistes expérimentés. Aussi c'est ma priorité dans le choix d'une guilde.

7- Avez vous déjà pris contact ou connaissez vous déjà des membres des Loups du Vanaheim ?
Je n'ai contacté personne pour le moment. Je fais un retour depuis peu sur AoC. Et ne me souviens pas de rencontre passées l'année dernière (si vous aviez déjà migré). De plus j'attend plutot des réactions sur le background de mon personnage qui est une condition sine qua non à des négociations ultérieures (en d'autres termes le background de Magnas peut-il trouver sa place au sein de votre communauté).

8- Quelles sont vos attirances pour le jeu "Age of Conan" ?
Je recherche un jeu avec une lore solide qui permet de développer les background de mes personnages. Mais il y a d'autres jeux qui proposent cela. Je recherche aussi un jeu qui propose des combats scénarisés et épiques avec de bons mouvements. AoC a de bonnes bases, sa communauté sur Stygia s'était peu à peu organisée pour cela. J'espère que c'est toujours le cas et comme je l'ai dit plus haut cela ne peut passer que par du jeu de rôle. Enfin j'y ai créé et développé Magnas, une de mes enfants. :]

9- Avez vous déjà en tête un ou plusieurs personnages ? Si oui, pourriez vous nous en donner des détails (nom, race, classe, classe de prestige)
Mon espace de création de personnage sur Stygia est complet. Je n'en créerai donc plus d'autres tant que Funcom n'augmentera pas le nombre d'espaces. Tous mes rerolls n'ont pas de background par contre. Ce qui me laisse de la marge pour réfléchir à d'autres histoires. Leur existence est dûe à des essais divers sur le gameplay de chacune d'elle. Mon premier personnage était une assassin mais le gameplay étant relativement pauvre selon moi j'ai effectué quelques tests avant de grossir la horde de barbares avec Magnas.

10- Avez vous déjà joué à Age of Conan avec un autre personnage ? (Si oui lequel ? Quel serveur ? Quelle guilde ?)
J'y ai joué avec une assassin, une chamane, un gardien, un nécromancien, une fléau de set, un conquérant (effacé), une éclaireuse et enfin une hérault de Xotli. Le niveau le plus bas étant 25, le plus haut étant 60 pour Magnas. Aucun personnage ne fait partie d'une véritable guilde et tous sont sur le serveur Stygia.

11- Quelles sont vos expériences en matière de MMORPG ?
J'ai joué à différents mmo depuis 2001. Et toujours dans l'optique de faire du jeu de rôle même si j'aime aussi d'autres pratiques en complément tant qu'elles respectent les principes du jeu. J'ai joué à un peu plus d'une dizaine de mmo dont six mmorpg activement (plus d'un an).

12- Quelles sont vos expériences en matière de jeu de rôle traditionnels (papier) ?
J'ai commencé à y jouer à l'âge de huit ans et j'ai pratiqué activement onze années d'affilé avant de décrocher peu à peu et d'en faire occasionnellement (la vie active n'aidant pas) en tant que joueur ou maitre de jeu. Je connais donc le jeu de rôle depuis 26 ans (à vos calculettes).

13- Par quel biais connaissez vous Conan ? (Livres écrits par Robert E. Howard, livres écrits par d'autres, B.D., film, feuilleton, dessin animé,...)
Principalement par l'excellent film de John Milius. J'ai lu quelques BDs dans ma prime-jeunesse et un roman à l'époque où je faisais activement du jeu de rôle et dont je ne saurai plus rien dire aujourd'hui. Quand au jeu vidéo, il est difficile de passer au travers du buzz engendré en 2008 quand on s'intéresse au mmorpg. Smile

J'espère que ce pavé ne vous rebutera pas trop, spécialement la première et longue partie concernant Magnas. Beaucoup de lecture pour peu de chose finalement. A bientôt ici-bas ou en jeu et n'hésitez pas à m'interroger si vous avez besoin d'éclaircissements.

Magnas/Zilaba/Nekhenet...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Herana
Loup retraité
avatar

Nombre de messages : 2519
Age : 28
Reroll de : personne
Date d'inscription : 02/09/2007

Feuille de personnage
Race: Cimmérien
Classe: Barbare
Profession: Faiseur d’armes

MessageSujet: Re: [Décliné] Magnas, louve grise d'Aquilonie   Sam 7 Fév 2009 - 9:49

[HRP/]

Hello Magnas ! (je sais c'est moto, mais c'est pas un Portable !!!)

Bienvenue dans les portes du clan des Loups du Vanaheim. Petite précision quand même. La guilde est de type "militaire", mais elle garde ce côté "famille" parfois "clan". On ne peut pas ce permettre de la jouer "clan tribal" sachant que toute race confondu est autorisé (imaginons une stygienne ou un stygien participé à ce genre de coutume... Pour lui ça serait un sacrilège).

Mais, si j'ai bien compris ce que tu cherches, ça ne possera pas de soucis Smile.

Pour le côté, "histoire", tu peux si tu le souhaite utiliser la carte "père ou mère ancienne loup/ve". Ou connaisance de celui ci. Vu que le clan, bien avant la place du Roi Conan, était composé de + de 3000 hommes confondus. Tu peux donc continue ton avancé jusqu'a à un moment propice pour une rencontre.

MP moi si tu as des questions. (Isil et Hashemat sont là aussi pour t'aider si moi ou l'une d'elle n'est pas disponible Smile)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hashemat
Conseil des Anciens
Chargé de mission Recrutement
Chargé de mission Diplomatie
Conseil des AnciensChargé de mission RecrutementChargé de mission Diplomatie
avatar

Nombre de messages : 1962
Age : 46
Date d'inscription : 02/05/2008

Feuille de personnage
Race: Stygien
Classe: Nécromancien
Profession: Alchimiste

MessageSujet: Re: [Décliné] Magnas, louve grise d'Aquilonie   Dim 8 Fév 2009 - 5:52

[HRP]

Bienvenue ici

Très jolie intro déjà !

Effectivement n'hésite pas à nous contacter IG en cas de besoin. Petit truc utile : en cas de doute sur notre présence online, tu trouveras sur le portail les membres de la meute et leurs rerolls dès fois que nos mains ne soient pas co Wink

A bientôt !

[HRP]

_________________
"Je suis une fille de Luxur. Avant même mes quinze printemps, j'ai été emmenée dans les temples de Derketo, la sombre déesse, et initiée aux mystères". "L'Ombre de Xuthal", R. E. Howard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelred

avatar

Nombre de messages : 253
Age : 45
Date d'inscription : 22/03/2008

Feuille de personnage
Race: Cimmérien
Classe: Ranger
Profession:

MessageSujet: Re: [Décliné] Magnas, louve grise d'Aquilonie   Dim 8 Fév 2009 - 8:54

[hrp]
Magnas, bienvenue à toi Smile

Ma petite contribution : Il suffit même parfois que des Loups de l'époque "croisassent" le chemin d'un de tes "parents", plus ou moins en vie (voir BG et Fiche de Aelred), donc c'est vaste et très ouvert

Au plaisir de continuer à te lire Cool
[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isil
(Admin site et forum)
Conseil des Anciens
Chargé de mission Diplomatie
(Admin site et forum)Conseil des AnciensChargé de mission Diplomatie
avatar

Nombre de messages : 2981
Age : 57
Date d'inscription : 20/04/2008

Feuille de personnage
Race: Aquilonien
Classe: Eclaireur
Profession: Architecte

MessageSujet: Re: [Décliné] Magnas, louve grise d'Aquilonie   Dim 8 Fév 2009 - 14:47

[HRP]
Nerf... je me suis mis en retard parce que j'ai eu le tort de commencer à lire ton intro...
... et que j'ai pas pu arrêter avant la fin !*
Très jolie plume !**
Les petites onomatopées m'ont bien amusé ! Original !

Concernant ton questionnement, il est le même que le mien lorsque je suis arrivé en avril. Comment interagir avec les Loups alors que j'avais déjà mon background en tête (je ne savais pas alors que j'allais en pondre 300 pages mais bon... Rolling Eyes ) ?

En fait c'est très simple :
- soit tu as un "arriéré" historique avec les Loups, par tes descendants par exemple, à condition que cela ne vienne pas contrevenir à celui des Loups => exclu je pense que ton père ait été l'amant de Siobbhan et que tu sois son fils Laughing
- soit ton chemin croise les Loups au fil de ton background => c'est la solution que j'avais adopté en avril
- soit tu contactes carrément les Loups pour être recruté => après tout, ils recrutent !

Il n'est donc pas question que tu "épouses" le BG de la guilde ! A un moment, tu "arrives" avec ton passé propre. Sinon, ce ne serait pas "vivable" RP parlant pour les nouveaux arrivants Wink

Prends le temps de nous évaluer et de nous cotoyer en jeu... il se peut que notre RP soit trop léger pour toi, auquel cas tu verras ce qu'il convient de faire... vu ce que tu as écrit, l'inverse ne se produira pas => notre RP ne sera jamais "trop" pour toi Rolling Eyes

Il faut considérer qu'au delà du plaisir du jeu de rôle en jeu, nous sommes aussi des joueurs qui doivent tenir compte des contingences du jeu lui-même. A savoir que lorsque nous effectuons des raids, notamment en alliance, le RP n'a pas cours car la difficulté des donjons fait que le raid est "leadé pour de vrai" et que l'écoute TS est obligatoire. La stratégie de combat contre les grands boss est réelle et complexe et ne laisse aucune place au RP.

C'est un exemple.

Sinon, sur le canal de guilde, le HRP est matérialisé entre parenthèses (). Par défaut c'est RP.

Je pense qu'il y aurait plein de choses à dire encore mais je dois passer à table, alors n'hésite pas à poser toutes les questions qui pourront te travailler. C'est avec plaisir que nous y répondrons et c'est avec plaisir que je te souhaite la bienvenue sur le forum des Loups du Vanaheim.

... et au plaisir de lire la suite
[/HRP]






_____________________
* Lire : "C'est bougrement intéressant et bien écrit"
** Lire en fait : "quoi, de la concurrence ?" Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ortali.fr/histoires
Destinie

avatar

Nombre de messages : 147
Age : 42
Date d'inscription : 23/10/2008

Feuille de personnage
Race: Stygien
Classe: Ranger
Profession: Faiseur d’armures

MessageSujet: Re: [Décliné] Magnas, louve grise d'Aquilonie   Dim 8 Fév 2009 - 16:05

[hrp]

Bienvenue déjà.
Merci pour cette nouvelle très plaisante a lire et comme le dit si bien Isil quand on commence a la lire on ne s'arrête pas avant la fin

[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horfc
Loup retraité
avatar

Nombre de messages : 393
Age : 49
Date d'inscription : 21/04/2008

Feuille de personnage
Race: Cimmérien
Classe: Ranger
Profession: Faiseur d’armures

MessageSujet: Re: [Décliné] Magnas, louve grise d'Aquilonie   Dim 8 Fév 2009 - 18:32

[HRP]
Soit la bienvenue Magnas !
Concernant ton BG, ne te fais pas de bile, il suffit que ta route croise celle des Loups, car comme le dit Isil, nous recrutons...
Pour la petite histoire, mon père est un tueur de Loups, genre gros salaud, et pourtant je suis parmi eux... Suspect
Le plus important c'est que ton perso se sente à l'aise avec nous et avec notre existence RP dans le jeu.
A bientôt IG et sur le Fofo.
Hc
[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnas



Nombre de messages : 6
Age : 43
Date d'inscription : 07/02/2009

MessageSujet: Re: [Décliné] Magnas, louve grise d'Aquilonie   Mar 10 Fév 2009 - 22:56

[hrp]

Bonjour à toutes et à tous.

Tout d’abord je tiens à vous remercier pour votre bon accueil bien que je réponde tardivement (j’ai notamment pris le temps de lire votre site).

Concernant une possible assimilation à la guilde on peut envisager bien entendu un contact par le rôle de « l’homme à la chique » par l’un des membre de la guilde. Ou considérer le récit sur Magnas comme un événement passé et opter pour une intégration rapide pour des questions pratiques, mais qui date déjà (une sorte d’ellipse). Bref, on peut jouer sur la chronologie pour accélérer les choses et éviter de mobiliser du monde. Quand à la solution filiale, rien n’oblige d’y trouver une explication, cela peut rester à l’état de mystère à résoudre, ou non. Je vous laisse choisir la manière.

Sinon pour être plus explicite et éviter les malentendus, Magnas est une barbare de niveau 60, maraudeuse-ravageuse, confectionneuse d’armes et d’armures et un peu ronde (comme il faut, dirai-je). Smile

Pour ce qui est du jeu de rôle, pas de complexes, je ne suis pas exigeant envers les autres et ni ne suis toujours dans la peau de mon personnage. Je ne pense pas que sur un jeu en temps réel les dispositions de chacun concordent toujours. Et pour les parenthèses pas de dépaysement non plus. J’avais l’habitude d’utiliser les doubles parenthèses « ((« en oouverture de dialogue hors jeu de rôle et « )) » en fermeture en présence de rôlistes.

[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isil
(Admin site et forum)
Conseil des Anciens
Chargé de mission Diplomatie
(Admin site et forum)Conseil des AnciensChargé de mission Diplomatie
avatar

Nombre de messages : 2981
Age : 57
Date d'inscription : 20/04/2008

Feuille de personnage
Race: Aquilonien
Classe: Eclaireur
Profession: Architecte

MessageSujet: Re: [Décliné] Magnas, louve grise d'Aquilonie   Mer 11 Fév 2009 - 0:36

Magnas a écrit:
[hrp] [...]Je vous laisse choisir la manière.[...][/hrp]

En fait je pense que c'est surtout à toi de voir comment tu désires rencontrer les Loups et selon quel background... je pense que tu as assez de "métier" Wink pour savoir quoi faire et quoi ne pas faire... Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ortali.fr/histoires
Magnas



Nombre de messages : 6
Age : 43
Date d'inscription : 07/02/2009

MessageSujet: Re: [Décliné] Magnas, louve grise d'Aquilonie   Jeu 26 Fév 2009 - 12:06

UN DRAGON QUI RÔTE

Il chevauchaient plein Nord sur la Via Aquila. L’aurore pointait à peine et il ne distinguaient pas encore le chemin à parcourir.
- « Pourquoi partons-nous si tôt ? », demandait Magnas.
- « Parce que la moitié de la garde royale vous recherche. Avez-vous oublié votre petite démonstration de force hier à la taverne ? », lui répondait l’Homme-à-la-chique.
Magnas coupa court à la réponse teintée de reproches. « Mais pourquoi si loin au Nord ? Nous pourrions rester à hors de l’enceinte de la ville, le temps que toute cette histoire se tasse ? »
L’Homme pouffa. « J’ai des amis là-bas. Il seront intéressé de vous rencontrer », surenchérit-il.
Les deux cavaliers cheminaient lentement sur la route de campagne. Le chant d’un coq résonna au loin. Les gazouillis se levèrent en même temps que le soleil. Au loin le Shirki scintillait à travers la brume matinale.

Les pieds gelés, le dos trempé, les montures frissonnantes. Le voyage de nuit pour rallier le village le plus proche avait été éprouvant. Une bruine hivernale était tombée peu avant l’aurore mais avait cessée dès l’apparition des premiers rayons de soleil. La vallée s’étendait en contreba.s de pics enneigés. Un océan de brume voilait la végétation et rien à ce moment n’augurait que le sentier ne se terminait pas à pic.
Magnas dirigea sa monture en direction d’une souche sur le bas-côté du chemin. Un message de bienvenu y était sculpté et peint ainsi que des runes et des animaux féroces.
- « Ouilcom-en village de connards », lisa-t’elle à haute voix.
L’Homme-à-la-chique, qui n’avait plus de chique depuis le lendemain du départ pouffa.
- « Bienvenus au Village de Conarch », dit-il en tendant son bras en direction de l’océan de brume.
- « Que signifient tous ces visages affreux d’hommes et de bêtes ? », demanda-t’elle.
- « Oh ça ? Quelque chose comme ‘mort aux vanirs’ je suppose », répondit l’Homme.

Le soleil pointa au-dessus des Monts Eiglophiens orientaux. La brume commença à se dissiper. Les premières têtes d’arbres firent leur apparition. Un chemin serpentait dans la vallée, se terminant par une longue rangée de palissades. Le village de Conarch se tenait là de chaque côté du cours d’une rivière qui s’écoulait en multiples chutes depuis les pics. Au loin une corne de brume résonna dans une cascade d’échos. Et la vallée commença à s’animer.

Le village était fortifié en de multiples rangées de troncs, qui pour la plupart étaient peints ou décorés d’un motif. Les cavaliers mirent pieds à terre devant l’entrée du village. Un énorme gaillards leur barrait le chemin. Sa demi-cotte couvrait mal son torse. Sa pique semblait un cure-dent entre ses mains. Son visage, monolithique, arborait des peintures de guerre.
- « Que vous voulions, estrangins ? », marmonna-t’il.
- « Nous venons de loin, rendre visite à des amis et cherchons l’hospitalité du Clan Conarch », répondit l’Homme-sans-sa-chique.
- « N’vous savions point que le Clan est en guerre ? », tonna le cimmérien. « Y’a rien par ici pour les estrangins. Qu’au-delà d’cette vallée, maudits vanirs et mort ». Le cimmérien se retira et retourna à sa vigie.
Ils entrèrent dans le village.

Ferroniers, vendeurs à l’étal, coupeurs de bois, tanneurs, tous s’affairaient avec lenteur et une impassibilité singulière à leur tâche. Des visages fermés, chez les hommes comme chez les femmes. Les traits durs, monolithiques ou taillés à la serpe chez les plus maigres, à l’image du paysage environnant.
Magnas reçu un cailloux en plein visage et faillit vaciller. « Qui est le connard qui… ». Elle se ravisa à pousser un juron. Un rire d’enfant éclata au milieu de ce morne spectacle. Un gamin à la tignasse de braise déguerpit en poussant d’autres rires plus provocateurs encore. « moooort de rireuh, gnéhéhéhé ! ». Magnas se mordait la lèvre en se massant la joue. Son visage blémit par le zéphyr hivernal était passé à l’écarlate.

Il arrivèrent devant une large bâtisse au toit arrondi. Peut-être la plus grande du village. Une enseigne représentant un dragon crachant des flammes pendait à la poutre maitresse. ‘Le Dragon qui rôte’ y était inscrit. Ils passèrent la porte pour se retrouver dans une vaste salle. Au centre un âtre encore fumant au-dessus duquel pendaient marmite et gibier. Sur de longues tables s’étalaient les restes d’une veillée bien arrosée. L’auberge exhalait odeurs d’alcools et fumets.
L’Homme-sans-sa-chique s’entretint avec un homme hirsute. Visiblement le tenancier du lieu. Magnas, elle, s’installa à une courte table au fond de l’auberge et se versa à boire. Il lui semblait entendre de la musique. A chaque gorgée le son de la musette lui semblait plus fort. Elle entendait aussi un chant l’accompagner. Le sommeil la gagna, elle s’affaissa sur la table.

Le froid. Il faisait froid. Un vent violent balayait un sol nimbé de brume. Le ciel, sombre et sans lune ni étoiles. Et pourtant elle pouvait voir aussi loin que portait sa vision. La végétation, desséchée, les arbres, rabougris et morts. Des montagnes, à perte de vue, les montagnes de Cimmérie plus hautes qu’elles ne fussent jamais. Et une ombre, une ombre immense, dressée au milieu de la plaine. Elle se dirigeait vers cette ombre, pas à pas mais inexorablement, mûe par une attraction inconnue. Une aiguille de pierre, bleue, immense, étendait son ombre sur la plaine. Elle s’en approcha, tendit sa main, se rapprocha jusqu’à la poser sur la pierre. Le ciel gronda. De plus en plus fort. Chaque grondement faisait vibrer la pierre. Un éclair déchira la pénombre.

- « Nous hurlerons et rugirons,
- Comme d’vrais combattants.
- A plein poumon nous braillerons
- Et reviendrons d’nos batailles,
- Ivres d’gloire et d’ripailles ! »


Les chants cimmériens résonnaient dans l’auberge. Les rires et les éclats de voix aussi. Un feu flambait dans l’âtre et des odeurs de cuisson emplissaient la salle. La boisson coulait à flot, de tonnelets en pichets, de pichets en godets.
Les paupières lourdes Magnas se dirigea vers le tenancier qui s’activait au fourneau.
- « Aaaïe ! », cria-t’elle en se passant la main sur son derrière. Elle y retira une aiguille accérée. Elle scruta autour d’elle mais ne vit que braillards ingurgitant nourritures et alcools.
- « Gnéhéhé hihihi, dans l’cul ! », ricana le gamin à la tignasse rousse. Il tenait une sarbacane et se balançait en hauteur, à califourchon sur le lustre pendu à la poutre maitresse.
Magnas leva la main et la mit devant sa gorge dans un mouvement de va-et-vient, faisant signe au garçon que son heure viendra.
La salle se remplissait peu à peu et l’alcool aidant les chants guerriers firent place aux chants paillards. La bonde qui s’occupait du service trottinait en pressant le pas, harcelée par des mains tantot pinçant son derrière tantot essayant de lui caresser les cuisses.

- « Rudes guerriers, vaillant conquérants,
- Fi d’la gloire qui vous éclope,
- Vot’maitresse est une salope
- Qui vous pince en vous caressant.
- Empoignez-moi la ronde,
- Et la lance et l’écu !
- D’peur d’être cocu
- Moi j’empoigne l’cul d’ma blonde !
- D’peur d’être cocu moi j’empoigne le cul ! »

- « De ma blonde, de ma blonde ! »
, élevèrent en cœur les cimmériens.
Le tenancier tendit un pichet de vin à Magnas qui le têta aussitôt. *Gloup gloup slurp*
- « Hé, à qui appartient l’animal pendu au perchoir ? » *Rôôôt*, lança-t’elle au tenancier en désignant le gamin accroché au lustre.
- « Ca c’est Péka. Il est un peu dérangé mais pas bien méchant. C’est l’rejeton d’la sorcière », répondit le tenancier.
- « La sorcière ? Vous voulez dire chamane ? » *hic*, rétorqua-t’elle.
- « Non, la sorcière qui vit en dehors du village. L’Clan n’en veut pas. On raconte que l’petit serait l’fruit d’son union avec un vanir at qu’ils aurait quelques pouvoir d’sorcellerie », ajouta le tenancier.
- « Et les conna…, le Clan tolère un bâtard vanir au village ? » *hips*, rétorqua-t’elle encore.
- « C’est un p’tit peu not’idiot du village vous comprenez ? Et pis c’est aussi une mise en garde à nos femmes. C’qui les attend si elles fricotent avec un vanir. » *pteuh*, « Alors on l’laisse trainer dans l’village », lui répondit le tenancier.
- « J’vois ça », *hic* lui lança-t’elle, déjà empourprée par les gorgées de vin un peu trop franches.

La porte d’entrée de l’auberge s’ouvrit avec un chuintement prolongé. Magnas semblait seule à l’avoir remarqué. L’Homme-sans-sa-chique émergea. Il scruta la salle avant d’arrêter son regard sur Magnas. Il lui fit signe de la rejoindre de la tête. Ils sortirent de l’auberge. La nuit tombante, un manteau de brume descendait lentement des montagnes. Le crépuscule donnait un aspect surnaturel à cette chape qui s’étendait dans la vallée.
- « Nous partirons bientôt. Nous ne pourrons pas traverser la vallée de jour. Des éclaireurs vanirs guettent les mouvements et tuent ceux qui essaient de traverser. Notre seule chance est d’atteindre la forêt avant le lever du jour. Mangez un peu et préparez vos affaires », lui ordonna-t’il.
- « A vos ordres… », *hic* « … chef ! », reprit-t’elle en roulant des yeux et en tordant sa bouche. Elle repartit en marmonnant et en roulant des fesses.


Dernière édition par Magnas le Sam 7 Mar 2009 - 18:33, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnas



Nombre de messages : 6
Age : 43
Date d'inscription : 07/02/2009

MessageSujet: Re: [Décliné] Magnas, louve grise d'Aquilonie   Sam 7 Mar 2009 - 18:19

L’atmosphère devenait étouffante. Les odeurs d’alcools, de nourritures, de braise et d’hommes rêgnaient. Magnas découpa un morceau du jarret qui pendait au-dessus de l’âtre. Elle prit une cruche de vin et s’installa où il restait encore de la place, entre deux cimmériens déjà bien avinés. Un autre cimmérien face à elle la regardait manger et boire avec des yeux ronds. Cheveux longs et ondulés, barbe blonde mal taillée et imbibée d’alcool.
- « J’parie que t’es même pas capable d’finir ton pichet. Alors plutôt que d’jouer à la dure tu ferais mieux d’le laisser aux hommes, l’estrangère », lança-t’il à la face de Magnas en la regardant fixement.
- « Va donc t’en chercher un si t’es un homme alors », retorqua-t’elle avec défi.
Le cimmérien se leva sans la quitter des yeux. Il revint avec un pichet et le posa avec fracas. Il continua à la fixer.« Et maintenant voyons si tu sais boire comme un homme, l’estrangère », dit-il en réponse au défi.
Magnas commençait à perdre patience. L’atmosphère était moite et pesante. L’odeur de braises lui picotait les narines et la peau. L’assemblée lui semblait assourdissante et elle peinait à mettre ses idée en place. Elle posa ses doigts sur sa cruche…
- « Cul-sec ! », lui lança Le Cimmérien en entrechoquant son pichet au sien puis le porta à sa bouche.
Magnas resserra ses doigts et porta le sien à ses lèvres. Le Cimmérien la fixait intensement tout en avalant l’alcool, gorgée par gorgée. Enfin il décolla le pichet de sa barbe ruisselante.
- « Comme un homme ! », lui dit-il avec insistance, ses yeux pénétrant toujours intensement son regard.
Magnas avala le vin, une gorgée, puis deux puis trois. Le Cimmérien continua d’ingurgiter le sien sans la quitter du regard. Finalement il leva son pichet et le mit tête-bêche. Une goutte de vin perla et s’écrasa sur la table.
- « J’ai gagné ! », s’écria-t’il.« Et toi tu as perdu, tu n’es même pas digne d’une cimmérienne ! Mais je te laisse une autre chance ». Il se leva et revint avec deux pichets de vin. « Tu connais la règle du jeu ? », dit-il.
Magnas sentait sa gorge brûler. Sa tignasse la démangeait, ses vêtements collaient. Elle n’avait plus le répondant pour une joute verbale. Elle prit la cruche et commença à boire. *Slurp, sluuurp* Le Cimmérien fit de même en lui soutenant le regard.

Soudain elle sentit quelque chose buter contre ses pieds. Une botte se colla à l’intérieur de son pied gauche. Une autre s’immisça bientôt à l’intérieur du pied droit. Magnas eut le sentiment qu’un danger imminent la guettait. Mais elle continua de soutenir le regard du Cimmérien en vidant sa cruche gorgée par gorgée.
Elle sentit alors un frôlement furtif sur son mollet gauche. Elle tourna la tête mais le cimmérien à sa gauche était en pleine discussion avec un autre membre du Clan. Le Cimmérien face à elle continuait de la fixer dans les yeux en buvant au goulot de son pichet. Un second frôlement, identique au premier mais plus soutenu parcoura son mollet droit. Elle se tourna immédiatement vers la droite cette fois. Mais ce fut pour contempler le même tableau. Un autre cimmérien braillant avec son homologue de droite. Une bouffée de chaleur traversa Magnas. Elle sentit un nouvel effleurement, sur la peau de sa cuisse. Elle tenta alors de croiser ses cuisses mais la pression sur ses pieds se fit beaucoup plus forte. Bientôt elle eut du mal à résister à la force qui s’exerçait et inexorablement ses pieds cédèrent du terrain. Ses jambes s’ouvrirent peu à peu. Une main saisit avec fermeté les chairs de sa cuisse. Puis une deuxième sur l’autre jambe. Magnas n’osa plus bouger, son cœur battait la chamade, ses yeux s’agitèrent fiévreusement, cherchant vainement un échappatoir. Les mains devinrent plus audacieuses, se glissant sous sa tunique. L’une à l’intérieur de sa cuisse, l’autre explorant la naissance de ses fesses. Elles allèrent et vinrent, s’arrêtant parfois pour apprécier la fermeté de la chair, se faisant d’autres fois plus légères.
Dans un ultime élan Magnas tenta de se lever pour fuir cette situation scabreuse. Mais ses pieds solidement ancrés aux bottes inconnues ne lui permir pas de garder longtemps l’équilibre. Et c’est à la renverse et brutalement qu’elle dûe se rasseoir.
- « Alors, on ne tient plus debout ? Tu ne tiens pas l’alcool non plus, l’estrangère », lui asséna Le Cimmérien en la fixant toujours droit dans les yeux.
Dans l’indifférence générale Magnas ne pu réprimer un petit cri lorsqu’une main ferme vint lui saisir la fesse droite. Et voilà qu’elle se faisait consciencieusement pétrir. L’autre main s’aventurait toujours plus loin, caressant le muscle tendu et luisant de sueur jusqu’à effleurer l’entrejambe.
Depuis quelques instants Magnas avait quitté l’auberge. Son esprit s’était perdu dans son corps à moins qu’il ne se soit noyé au fond de sa cruche.
- « J’ai encore gagné, l’estrangère ! ». Soudain son esprit lui revint. Le Cimmérien la fixait toujours, cette fois-ci avec un rictus à mi-chemin entre la mine triomphante et le sourire pervers.
- « Pour toi ce sera un gage. C’soir tu feras c’que j’demande comme toute femme indigne de partager la table aux côtés des hommes », dit-il.
- « Et si je refuse ? », bredouilla-t’elle.
Le Cimmérien répondit par un mouvement de tête désignant les cimmériens assis à la droite et à la gauche de Magnas. La pression sur sa fesse se fit plus forte jusqu’à la pincer douloureusement. Tandis qu’un doigt lui titiller l’entrejambe. Son regard se perdit dans le vague et elle poussa un soupir pour toute réponse.
- « Bien, pour commencer tu vas amuser un peu c’t’assemblée en lui montrant tes jambes et tes talents de danseuse. Debout sur la table j’te dit ! », asséna Le Cimmérien.
Les mains sur sa fesse et sous sa tunique se retirèrent lentement en griffant la chair. La pression sur ses pieds disparue et elle put à nouveau bouger ses jambes.

Elle s’assit sur la table et retira ses bottes, puis se mit debout. Elle essaya de retrouver ses sens. D’abord l’équilibre, elle étendait ses bras, faisant se bomber sa poitrine.
Le Cimmérien qui lui faisait face commença à frapper en cadence dans la paume de ses mains. Tous les regards convergèrent vers Magnas, debout sur sa table. Elle se sentit acculée et ridicule. Elle était désormais plus rouge qu’un fruit mûr. Sa tunique était remontée jusqu’au ras des fesses, dévoilant ses jambes luisantes et musclées. De longues trainées rouges laissées par les doigts de ses voisins tranchaient sur sa peau glâbre. Les cimmériens commencèrent à frapper dans les mains en cadence. D’autres frappaient les tables avec le manche de leur poignard. Le rythme était donné. La vue un peu trouble Magnas posa un pied devant l’autre en évitant de faire remonter sa tunique par de longues enjambées. Un pied buta dans un godet qui déversa une mare de vin rouge. La table était un champ d’obstacle.
Le rythme s’accéléra, accompagné des encouragements. La tension montait, Magnas inspira puis fixa l’autre bout de la salle en faisant abstraction des regards qui la déshabillaient. Elle essaya de se souvenir des mouvements des danses barbares de son clan. Puis elle esquissa quelques pas et prit peu à peu le rythme. Un déhanchement, quelques pas de côté et les bras en l’air, la danse du loup débutait.
Les chants cimmériens s’élevaient, accompagnés du rythme entêtant des encouragements. A chaque pas de danse un cimmérien tentait de lui caresser les chairs. Bientôt ce fut une marée de mains qui vint la frôler. Plus elles se rapprochait et plus les contacts furent fréquents. Jusqu’à ce qu’elle fut encerclée de mains. Les caresses s’intensifièrent. De ses pieds qui pataugeaient dans le vin, remontant ses mollets puis ses cuisses en les enduisant d’alcool rougi. La pression se fit plus forte, les mains devinrent étau. Pinçant et malaxant les chairs. Magnas fut prise au piège, ses chevilles saisit. Des bouches parcouraient ses jambes remontant toujours plus haut.

Un courant frais parcouru la salle. Les feux vacillèrent.
L’assemblée tourna son regard vers l’entrée. L’Homme-sans-sa-chique poussa un peu plus la porte qui émit un grincement sinistre.
- « Les chevaux sont prêts, il faut partir Magnas », dit-il.
- « A voz… », *hic* « … zôdres, chef ! », répondit-t’elle, une moue d’ironie lui barrant le visage.
- « Hé là ! C’te femme n’ira nulle-part ce soir. Elle est à moi, j’l’ai gagné. Si tu la veux, viens donc la prendre ! », lança Le Cimmérien. Il commença à détacher son pourpoint, bien décidé à défendre son lot.

L’air frais lui fit l’effet d’une douche froide. L’esprit se fit plus vif et la volonté lui revint. Le cercle de cimmériens qui l’entourait s’était rompu avec l’arrivée de son compagnon. Magnas bondit et se retourna. Le Cimmérien reçu un coup de genou dans le visage. Du sang gicla et il tomba à la renverse sous le choc. Elle bondit à nouveau et se rua à l’extérieur. Les chevaux attendaient à l’entrée, sellés, harnachés, chargés et prêts à partir. Les jurons et la rage fusèrent de l’auberge. Des choses sur les vanirs, les chiens et des têtes au bout d’une pique.

Les cavaliers piquèrent des deux dans la nuit.

Le manteau de brume était tombé, les étoiles perçaient le champs céleste. Au loin, le Mont Crom scintillait dans la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnas



Nombre de messages : 6
Age : 43
Date d'inscription : 07/02/2009

MessageSujet: Re: [Décliné] Magnas, louve grise d'Aquilonie   Jeu 9 Avr 2009 - 13:47

Bonjour à toutes et à tous,

L'histoire de Magnas s'étire et ma candidature tout autant. Les rouages du scénario demandent du temps de réflexion pour que l'histoire progresse en toute logique sur les divers plans du background.
Mais il y a aussi une autre raison. Si les deux premières semaines de mon retour sur AoC furent très agréables les suivantes ne l'ont pas été. Les raisons sont diverses mais principalement à cause d'une affluence de joueurs peu respectueux des autres et du roleplay. Je trouve que l'ambiance s'est nettement dégradée et l'avenir n'augure rien de bon si j'en juge par le silence assourdissant de Funcom aux problêmes que rencontre le serveur Stygia.

Je retire donc ma candidature, pour le moment, dans l'attente d'une hypothétique réaction de Funcom ou d'une sévère acalamie des comportements. Pour information mon abonnement étant suspendu. Cependant je tiens à terminer le récit que j'avais commencé par une troisième voire une quatrième partie (peut être fusionnerai-je deux parties selon leur longueur). Si vous le permettez j'aimerai donc que ce sujet reste ouvert afin de le compléter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Décliné] Magnas, louve grise d'Aquilonie   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Décliné] Magnas, louve grise d'Aquilonie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Loups du Vanaheim :: Sur la piste des Loups (Section publique) :: L'Appel des Loups-