Une guilde RP Age of Conan - Serveur Stygia
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nouvelle chronique des Loups : l'affaire du marais.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hashemat
Conseil des Anciens
Chargé de mission Recrutement
Chargé de mission Diplomatie
Conseil des AnciensChargé de mission RecrutementChargé de mission Diplomatie
avatar

Nombre de messages : 1962
Age : 45
Date d'inscription : 02/05/2008

Feuille de personnage
Race: Stygien
Classe: Nécromancien
Profession: Alchimiste

MessageSujet: Nouvelle chronique des Loups : l'affaire du marais.   Jeu 7 Jan 2010 - 19:12

Je vais donc vous conter une aventure qui advint à cette glorieuse compagnie.

Le camp des Loups s'étendait de plus en plus sur les vertes collines du Poitain. Telle une marée de granit et de basalte, les murailles et les tours s'élevaient toujours plus haut. Hors, arriva ce qui devait arriver, l'argent commença à manquer ... Malgré l'argent dépensé à la taverne du Vieux Cadran par cet alcoolique de Krakel … Malgré la volonté farouche de la conseillère Isil, l'équilibre des comptes était de plus en plus précaire. Bon, il faut reconnaître qu'étant blonde et issue d'une vallée moisie que les corbeaux survolaient sur le dos pour pas voir la misère et où le comble de l'éducation s'apparentait à mettre ses chaussures dans le bon sens, c'était déjà un miracle qu'elle sache faire une addition … alors un tableau d'amortissement et de la programmation linéaire sur 12 mois glissants … Elle faisait donc ce qu'elle pouvait avec l'aide inestimable qu'elle recevait des autres conseillères (« La comptaquoi ? …. Heuh … Je dois y aller, j'ai patrouille à cheval là ... » … « Non, pour la quatrième fois … On ne peut pas revendre la moitié des catapultes pour construire un sauna … Hgnmmmmgrmmmfffff …. Et non, on ne peut pas revendre la population de Caenna non plus pour faire des liquidités pour la Meute… Quoi ? … C'est ça, va rendre l'acompte … »).

Un jour, une solution se présenta sous la forme d'un contrat d'un tisserand connu autrefois désirant se faire livrer du coton dans son village des Marais du Lotus Pourpre, emberlificoté qu'il était dans une sombre lutte pour la suprématie entre fabricants de chaussettes stygiens. Oui ben c'est pas pire que dresseur de mouflons à poils longs dans les Monts Eiglophiens ou dompteur de poneys frisés dans le Poitain. Et au moins les chaussettes crient pas, elles, quand …

*Après s'être fait mordre sauvagement et plusieurs fois le fessier par une babibouchette haineuse aux dents taillées en pointe à la mode du sud stygien, le barde fit une pause pour désinfecter la plaie avec de l'alcool de prune puis reprit son récit, avec un regard inquiet vers le coin sombre de la pièce.*

Hmmm … Donc … N'écoutant que son devoir, la blonde archère envoya les autres bosser à sa place …. *se baisse par réflexe puis reprend* … et nos Loups partirent courageusement et au mépris du danger risquer leur vie contre des cotonniers déchainés.

Cotonniers … Pas les arbres, hein …. Les cueilleurs. Quel public de nazes ….. Bref, rapidement, le Poitain se changea en champs de bataille où, contre toute attente, rencontrèrent une forte résistance. En effet, de mystérieux et dangereux mercenaires, assoiffés de sang et d'une sauvagerie sans borne, probablement en proie à un accès de folie meurtrière pour affronter ainsi la peur, s'étaient joint aux concurrents des Loups et les attaquèrent à plusieurs reprises.

Nan mais, je rigole pas, ils étaient vraiment dangereux. Et vraiment fous aussi. Charger la chaman des Loups, même à deux ou trois, ca nécessite un certain degré d'inconscience quand même. Héhé *sourire grivois* La rouquine, on raconte que le seul cas où … *se lève sur la pointe des pieds pour vérifier la couleur de cheveux d'une jeune femme au fond de la pièce* … Hmmm … Non, rien. Et puis bon, il y avait quand même leur redoutable guerrier-démon stygien, presque à jeun pour une fois, ce qui lui permettait de reconnaître ses ennemis une fois sur deux, leur démonologue pas plus cinglé que ça qui a quand même réussit ce jour là à n'infliger à ses pairs que des brûlures mineures malgré une capacité de visée plus que sujette à caution, deux puissants guerriers, bon certes avec un qui passe plus de temps à regarder dans les douches qu'à s'y laver et un autre subtil comme un bloc de grès avec un goût plus que suspect pour le lapin séché mais avec, quand même, chacun, une hallebarde de 2m20, et bizarrement dans ces moments là, l'efféminé et le bas du front, ca leur donne quand même du crédit. Et devant le dandy qui besogne de la calebasse, avec son bec de corbin doré et son colifichet bizarre, en train de causer comme un commis royal aux vivres sur la place du marché … *voix de stentor* … Sur mon honneur, mon seigneur … *voix normale* … Héhéhé … accompagné de l'hystérique de la vallée de Conall, en train de d'agiter son épée telle un moulin du Poitain un jour de tempête en devenant tout à fait étanche à tout ce qui peu ressembler de près ou de loin à un raisonnement. Les chroniqueurs supposent qu'elle s'arrête quand elle est fatiguée ou qu'elle se prend les pieds dans une racine ou un trou de taupe.



Enfin, bref, des combats sanglants eurent lieu et à l'issue, ils s'aperçurent que le commanditaire des mercenaires était leur propre employeur. Ils décidèrent donc d'aller lui demander des comptes.

_________________
"Je suis une fille de Luxur. Avant même mes quinze printemps, j'ai été emmenée dans les temples de Derketo, la sombre déesse, et initiée aux mystères". "L'Ombre de Xuthal", R. E. Howard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hashemat
Conseil des Anciens
Chargé de mission Recrutement
Chargé de mission Diplomatie
Conseil des AnciensChargé de mission RecrutementChargé de mission Diplomatie
avatar

Nombre de messages : 1962
Age : 45
Date d'inscription : 02/05/2008

Feuille de personnage
Race: Stygien
Classe: Nécromancien
Profession: Alchimiste

MessageSujet: Re: Nouvelle chronique des Loups : l'affaire du marais.   Jeu 7 Jan 2010 - 19:21

Le conteur reprit sa place sur le tabouret et fit taire la salle d'un large mouvement des bras.

« .... Reprenons où nous en étions ...

La troupe prit donc la direction des marais du lotus pourpre, revenant sur les traces de son passé. Arrivés au village de Nakhaset, ils eurent la surprise de constater que cette charmante bourgade était maintenant contrôlée par une secte.

Enfin par charmante bourgade, on entend un amas de grosses bicoques sur pilotis, somnolant dans des eaux stagnantes pleines de crocodiles, à l'air infesté de moustiques et où si vous ne marchez pas dans la boue, vous marchez dans la merde.

Une secte, donc disais-je. Une secte sectisante dans la plus grande tradition des sectes. Une secte d'artisans, à la malfaisance savamment calculée et peaufinée au fil des ans dans l'adoration d'une de ces divinités sanguinaires et despotiques, à l'intelligence souvent limitée puisque capable de s'investir à long terme, avec une constance et un détermination confinant à l'obstination la plus bornée (puisque régulièrement dérangé dans ses projets par un héros, un prince charmant, un prophète blanc, un groupe d'aventuriers ou un autre genre de nuisible de ce type) dans la destruction de son propre monde, ce qui au mieux démontre des tendances suicidaires et au pire une bêtise d'un niveau de compétition internationale. Un de ces nobles rassemblement d'amateurs de robes amples qui s'accrochent aux poignées de porte quand on passe et dont les larges et longues manches vous obligent à vous y reprendre à deux fois pour attraper quelque chose, le temps d'y retrouver ses mains, de fanatiques de la capuche dont la moindre valeur n'est pas de vous réduire le champ de vision de tout les côtés en même temps de manière drastique, rendant ainsi le déplacement (et je ne vous parle même pas du célèbre jeu darfari du relais au javelot) hautement périlleux.

Ses membres, cachant à peine un mépris et une hostilité que ne renierait pas un chapelet de saucisses carnivores et sanguinaires pour un chient errant sans aveu passant avec un air gourmand devant la vitrine de la charcuterie, laissèrent donc nos Loups, la sagittairienne Isil en tête, aller demander des comptes au tisseur, mais ils le trouvèrent mort poignardé. Le souci majeur intervint quand les gardes trouvèrent la blonde arcifère la dague en main à côté du cadavre ... Autant dire que l'ambiance déjà tendue vira à l'agressivité manifeste et la Louve en chef fut promptement condamnée à mort, sur les conseils d'un individu sinistre et néanmoins masqué, sans nul doute diplômé des hautes études en traîtrise et coups fourrés divers.

Les Loups furent promptement renvoyés à l'entrée du marais avec interdiction d'y revenir. Récupérant leurs armes, ils se dirigèrent vers les lieux où se tenait la pittoresque cérémonie locale dont Isil était l'invité principale. Un riant et attrayant office à base d'égorgement et de coeur arraché de la poitrine était en effet programmé pour la mise à mort de la jeune femme, habillée pour l'occasion, perles dans les cheveux, bracelets aux chevilles et les plumes où vous voulez, je ne sais pas faire les bouquets.

Définitivement peu ouverts aux spécificités culturelles locales et fort peu enclins à respecter la liberté d'exercice cultuelle des sectateurs locaux pour une prétendue fidélité à l'une de leur meneuses (parce que bon honnêtement, il en restait deux au cas où...) *guette le bruit de l'arrivée d'une flèche puis reprend*, les Loups opérèrent de manière brutale une réduction sensible des effectifs de la secte à l'aide de diverses techniques comme la décapitation, la combustion, le démembrement et d'autres qu'il serait bien long de citer ici, et récupérèrent Isil pour la reconduire dans la sécurité de leur forteresse du Poitain.

A n'en pas douter, teigneux et rancuniers comme on les connaît,cette affaire n'allait pas en rester là.

Voilà pour ce soir ... Je vais aller boire une bière moi. A votre bon coeur, messieurs dames ... »

Après quelques minutes d'attente, maintenant persuadé qu'il n'encaisserait pas une pièce d'étain, le conteur sortit la bourse qu'il dissimulait dans sa chemise et se dirigea vers le bar.

_________________
"Je suis une fille de Luxur. Avant même mes quinze printemps, j'ai été emmenée dans les temples de Derketo, la sombre déesse, et initiée aux mystères". "L'Ombre de Xuthal", R. E. Howard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Nouvelle chronique des Loups : l'affaire du marais.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Loups du Vanaheim :: Sur la piste des Loups (Section publique) :: De Fer et de Fureur :: De Fer et de Fureur (RP exclusivement)-